Download De l'affinité des langues celtiques avec le sanscrit by Adolphe Pictet PDF

By Adolphe Pictet

This e-book used to be initially released sooner than 1923, and represents a duplicate of a tremendous old paintings, holding a similar layout because the unique paintings. whereas a few publishers have opted to practice OCR (optical personality attractiveness) expertise to the method, we think this ends up in sub-optimal effects (frequent typographical blunders, unusual characters and complicated formatting) and doesn't competently safeguard the historic personality of the unique artifact. We think this paintings is culturally vital in its unique archival shape. whereas we try to thoroughly fresh and digitally improve the unique paintings, there are sometimes situations the place imperfections comparable to blurred or lacking pages, negative images or errant marks could have been brought as a result of both the standard of the unique paintings or the scanning strategy itself. regardless of those occasional imperfections, we've introduced it again into print as a part of our ongoing worldwide booklet protection dedication, delivering shoppers with entry to the very best old reprints. We savor your figuring out of those occasional imperfections, and clearly desire you take pleasure in seeing the booklet in a layout as shut as attainable to that meant by means of the unique writer.

Show description

Read Online or Download De l'affinité des langues celtiques avec le sanscrit PDF

Best french books

Extra info for De l'affinité des langues celtiques avec le sanscrit

Sample text

157. 3 Ebn-Khaldoun, traduit par M. N. Desvergers, p. 20. 34 ORIGINE ET MIGRATIONS des chefs-lieux de commandement de Ksîla était dans l’Aourès, comme la qualification d’El-Aourbi se rapporte au commandement d’Aourba. La tribu d’Aourba est mentionnée par Édrici parmi celles des principales tribus berbères qui, de son temps, habitaient l’Ouarensenis. Du temps de Bekri, une tribu de ce nom habitait les environs de Bône, avec les Mas’moud’a et de nombreuses peuplades berbères. En 172 de l’hégire, la tribu d’Aourba habitait les environs de Fès, et son chef, qualifié par Ebn-Khaldoun du titre d’émir, fut le premier à reconnaître le fondateur de la dynastie des Édricites, et contribua activement à d’élévation et au maintien de cette famille.

Les Zenega ; 4. Les Lemt’a ; 2. Les Guaneceris (Ouanseris) ; 5. Les Berdoa ; 3. Les Touâreg ; 6. Les Leouâta. 3° Catégorie exceptionnelle ; Les Azuagues. Telle est, dans son ensemble, la situation présentée par Marmol et par Jean Léon. Nous allons examiner séparément chacun de ces peuples, et, en nous aidant, tant des indications fournies par les écrivains du moyen âge, que de l’étude spéciale que nous avons faite de la géographie barbaresque et des traditions recueillies sur les lieux, suivre autant que possible chacun de ces peuples dans le temps et dans l’espace, en recherchant son origine et sa destinée, son point de départ et ses migrations.

_______________ 1 Le nom de Brânis se trouve, il est vrai, dans l’empire de Maroc ; mais les circonstances au milieu desquelles il se montre ne fout que confirmer les conclusions de ce chapitre, comme je le ferai voir dans la notice consacrée aux Zenâta. 32 ORIGINE ET MIGRATIONS J’ajoute que, d’après l’état des débris accumulés sur les lieux où leurs noms sont restés attachés, ces deux puissances ont dû traverser une période de civilisation. Cette période correspond-elle à la domination carthaginoise ou à la domination romaine, ou bien à un effort, à un progrès de la nation berbère elle-même ?

Download PDF sample

Rated 4.41 of 5 – based on 31 votes